Les 24 sites du pèlerinage Jizô de Kamakura

Publié le par Jizô-kun

 

Les archives montrent que le pèlerinage de Jizô des 24 sites de Kamakura existe depuis 1725. Cependant avec le déclin du bouddhisme, le pèlerinage est progressivement devenu obsolète, surtout après la restauration impériale de Meiji de 1868. Après que le Shintoïsme fut désigné comme la religion d'Etat, de nombreuses statues de Bouddha furent jetées, détruites ou ont simplement disparu. En 1901, les adorateurs de Jizô vérifièrent combien de statues de Jizô existaient et confirmèrent qu'il en restait 24. Pour promouvoir le culte de Jizô, des groupes bouddhistes rétablirent le pèlerinage la même année. La plupart d'entre eux sont situés dans la ville de Kamakura, mais quelques-uns se trouvent à la périphérie de la ville.

Le nombre 24 n'est pas dénué de sens. Le 24e jour de chaque mois est considéré comme Ennichi Jizô (縁日). Ennichi signifie littéralement "jour de fête". Cela se traduit comme jour saint, un jour mensuel de commémoration avec une signification particulière à un Bouddha ou un Bodhisattva spécifique. Faire une prière à la divinité de cette journée est censé apporter un plus grand mérite et de meilleurs résultats que les jours ordinaires. Le document Konjaku Monogatari de l'ère Heian (今昔物語(XVII:4)) définit Ennichi Jizô comme le 24e jour de chaque mois. Même aujourd'hui, le rituel annuel Jizô Bon (地 蔵 盆) (Cérémonie de la Confession Jizô) est tenu le 24 août à de nombreux endroits à travers le Japon, durant lequel les croyants confessent les fautes qu'ils ont commis au cours de l'année dans l'espoir d'effacer leur mauvais karma, et prient pour que Jizô leur accorde la longévité et qu'il protège leurs enfants. Aujourd'hui, la cérémonie est souvent associée au festival des enfants (Jizô Matsuri 地 蔵 祭), ou des groupes d'enfants tournent un long chapelet de grosses perles (Juzu-kuri 数珠繰り). Toucher les perles avec la tête est censé attirer la chance.

 

 

Commenter cet article