Asekaki Jizô 汗かき地蔵

Publié le par Jizô-kun

Jizô Transpirant.

Transpire de la sueur blanche si de bonnes choses sont sur le point d’arriver et de la sueur noire lorsque de mauvaises choses sont prévues.

 

Ville de Daio-cho, région d’Ise Shima, préfecture Mie.

Le Jizô local de la ville de Daio-cho possède l'un des trois grands festivals de la région d’Ise-Shima, le Festival de Jizô transpirant. Selon la légende locale, cette statue de Jizô aurait été, il y longtemps, prise dans des filets de pêche au large de l’île de Diao. Il a fallu trois tentatives pour finalement la récupérer, comme si il résistait. Le pêcheur et les villageois décidèrent de construire une salle et d’y conserver la statue comme une divinité protectrice du village.

 

Depuis lors, les habitants locaux disent que cette statue de Jizô excrète de la sueur blanche si de bonnes choses sont sur le point d’arriver, et de la sueur noire si des mauvaises choses sont prévues.

Le corps de cette statue de pierre assise est d'environ trois pieds de hauteur. Selon les habitants, une magnifique perle est cachée à l'intérieur de la statue.

Lorsque les gens prient cette manifestation de Jizô, certains peuvent essuyer la sueur de Jizô avec un papier purifié. Selon les croyants, cette action apportera des réponses à leurs prières.

Le festival du Jizô transpirant est tenu le 24 février de chaque année.

 

jizo-asekaki-daio-village-TN.jpg

Village de Kaida-son, préfecture de Nagano.

Devant le temple local Genryû-ji se dressent six statues de Jizô Bosatsu, un groupement que l’on retrouve couramment au Japon. La plus grande statue, celle du milieu, est connue localement comme étant le Jizô transpirant.

La sueur noire peut avertir les agriculteurs locaux d'un gel tardif ou une sécheresse à venir. Par exemple les villageois averti au sujet du gel imminent, allument des feux dans les champs pour protéger leurs cultures du froid.

 

Ville de Funo, préfecture de Chiba.

Le Jizô prolongeant la l’espérance de vie (Enmei Jizô) est situé dans un hall spécial. On trouve une estampe ou l’on peut voir des croyants autour de Jizô comme le centre de leur culte. Les croyances locales disent qu’il permet d'assurer une naissance sans danger et qu’il protége les personnes en fin de vie.

Il y a longtemps, selon la légende, lorsque quelqu'un dans le village mourrait, les voisins se rassemblaient pour prier, et de la sueur sortait du corps Jizô, disait-on, comme témoignage de la bonne volonté de Jizô qui assumait la douleur et le chagrin du peuple.

 

jizo-asekaki-funo-town-japan-woodblock-TN.jpg

Mont Koya, Montagne sacrée de la secte Shingon.

Beaucoup de gens sont enterrés dans cet endroit sacré, et l’on peut trouver de nombreux types de pierres tombales. Jizô, populairement connu comme le protecteur de ceux qui purgent leur peine dans le monde souterrain, est représenté sous de nombreuses formes. Une salle se trouvant près de Oku no In ( ) (au coeur du temple du monastère du Mont Koya, qui abrite le tombeau de Kôbô Daishi) est consacrée au Jizô transpirant, ou de la sueur goutte lorsqu’il ressent la douleur et la souffrance du peuple.

 

asekaki-jizo-koyasan-4.jpg


Temple Chôkô, village d’Inazawa, préfecture d’Aichi.

Cette statue de Jizô transpire pour avertir les gens que quelque chose de mauvais va arriver. Parfois, les villageois viennent avec des serviettes pour le sécher, mais il ne cesse de couler de la sueur des pieds à la tête.

 

046.jpg

Village de Nakajima, préfecture de Fukushima.

Célèbre depuis l'époque d'Edo comme "le Jizô transpirant de la province du Nord"  (Ôshû Asekaki Jizo奥州 かき 地蔵). La salle où il se trouve est consacrée depuis l'an 1335.

 

Hashima, préfecture de Gifu

Ce Jizô ne transpire pas pour mettre en garde des mauvaises choses mais les sueurs arrivent le matin quand les moines viennent mendier (takuhatsu 托鉢) pour l'alimentation et les contributions.

 

jizo-sweating-hashima-gifu-takuhatsu-TN.jpg


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article