Hadaka Jizō 裸地蔵

Publié le par Jizô-kun

 

Le Jizô Nu.

Sculpté nu mais habillé de vêtements. Il existe une autre divinité parfois sculptée nue appelée Benzaiten. La pratique de la sculpture des statues nues pourrait être originaire de Chine, bien qu'il y ait peu de preuve. Ces statues sont devenus populaires à la période Kamakura, mais la pratique n'a jamais été fermement établie - seulement 100, ou des statues de divinités existantes nues sont connus au Japon. Les exemples incluent le Hadaka Jizô du temple Denkōji (伝香寺) à Nara, datée de 1228, une statue de pierre à Kokuan Enkōji temple ( ) en préfecture de Hyogo, et une version nue du Jizô de substitution (Migawari Jizô) au Temple Enmeiji (延命寺) à Kamakura.

 

La statue en bois de Hadaka Jizô au temple Denkōji (伝香寺) à Nara n'est généralement pas ouverte au public, mais chaque année, le 23/24 Juillet (jour de commémoration de Jizô), la statue est vêtue à nouveau et les vêtements de l'année précédente sont déchirés en petits morceaux et présentés comme des talismans pour les croyants. Selon la légende du temple, la statue a été commandé par une religieuse et est ornée d'un magnifique collier. Lors de la cérémonie de Jizô Bon, les enfants de la maternelle locale y viennent pour prier.

 

Écrit du maître zen et pédiatre, Jan Chozen Bays : «Deux statues de Jizô nues sont dans la ville de Nara, on en retrouve une aujourd’hui au temple Shinyakushiji et une autre au temple Denkōji. Leur organe génital n’est ni féminin ni masculin. Le Jizô de Shinyakushiji a une simple grosseur au niveau de l’aine et le Jizô de Denkōji a seulement une ligne sculptée en forme de tire-bouchon. Les avis sont partagés sur la signification de ces représentations, entre une « gaine » ou un « une sorte de pénis rétractable », l'un des signes distinctifs de Bouddha. Les organes génitaux ambigus de ces statues de Jizô peuvent également rejoindre sa double origine masculine et féminine.

 

La statue en bois de Hadaka Jizô au temple Enmeiji (延命寺) à Kamakura est ouverte au public, mais Jizô est presque toujours vêtu d'une robe et se tient debout au sommet d'un plateau de jeu. Selon les registres du temple, l'épouse du régent Hojo Tokiyori ( ) (1227-1263) a construit ce temple en l'honneur de Jizô et a commandé la sculpture d'une statue nue de Jizô représenté avec des parties génitales féminines. Cette statue est associée à une très ancienne et curieuse histoire dans laquelle Tokiyori et sa femme jouaient à un jeu de société appelé Sugoroku ( ) (sorte de jeu de l’oie). Ils ont convenu que le perdant devait se dévêtir entièrement. L’épouse perdit. Débordant de honte face à sa situation, elle pria Jizô pour la sauver. À sa grande surprise, une statue nue de Jizô apparue sur le plateau de jeu à sa place. Ainsi cette statue est connue sous le nom de Migawari Jizô (Jizô de substitution). La statue exposée au temple Enmeiji est attribuée au célèbre sculpteur Unkei (運慶), mais il mourut en 1223 alors cette attribution est considérée comme fausse. Enmeiji est l'un des 24 sites du pèlerinage de Jizô à Kamakura.

 

-------2.jpg


 

                    Le Jizô nu du temple Denkôji

 

--------copie-2.jpg

Commenter cet article