Hanakake Jizō 鼻欠け地蔵 ou 鼻欠地蔵

Publié le par Jizô-kun

 

Le Jizô Sans Nez.

Cette curieuse divinité est mentionnée dans le Honchô Zokugen Shi (本朝俗諺志 Archive des proverbes populaires japonais), écrit en 1746 par Kikuoka Senryō (菊岡沾凉). Il se réfère à une statue de Jizô sans nez (Hanakake Jizô ) gravé sur une pierre, érigée en 1717 au Temple Honseiji (本誓寺) dans le district de Fukagawa d’Edo, qui a été priée pour la guérison de toutes sortes de maladies. De Visser disait : «Après les prières ils remplissaient un tube de bambou avec un peu de Tamukeno Mizu (手向けの水 - eau placée devant la tombe du défunt comme offrande) et l’emmenaient chez eux. Lorsque leurs prières étaient exaucées, ils remplissaient un kawarake (vase en terre non verni) avec du sel et l'offraient à ce Jizô comme signe de gratitude. »

 

Ce nom curieux vient de diverses légendes.

Dans la baie de Sasaurawan (楽々浦湾) il y a un petit sanctuaire pour le Jizô sans nez. La statue aurait été découverte en pleine mer par des pêcheurs. Comme pour les remercier de l’avoir sauver, Jizô fit tomber des grains de riz de son nez. Un homme avide du quartier coupa le nez afin d'avoir tout le riz pour lui. Mais le riz s’arrêta de couler et la statue paraissait désormais sans nez. Au cours le festival de Juillet dans la baie de Sasaurawan, les habitants locaux font du mochi (pâte de riz).

Ailleurs au Japon, les habitants de Yoshigawa(良 ) racontent une histoire à propos d’un homme qui marchait dans la forêt seul, la nuit dans la région de Tango (Tottori) et vit un renard tirant derrière lui une statue de Jizô. Lorsqu’il vérifia la zone plus tard, la statue de Jizô avait perdu son nez.

 

----2.jpg

                                                                    Le Jizô sans nez

Commenter cet article