Jizô dans sa version féminine

Publié le par Jizô-kun

 

c0104227_1145271.jpg

 

Il est écrit dans le Flammarion Guide iconographique de Louis Frédéric : "Le Sutra Chinois Ksitigarbha raconte que, avant de devenir un bodhisattva, Jizô était une jeune indienne de la caste des brahmanes tellement horrifiée par les tourments et la souffrance de sa défunte mère impie en enfer qu'elle a promis de sauver tous les êtres de tels tourments."

 

Dans Wikipedia on peut lire: « Dans le Sutra Ksitigarbha, le Bouddha historique a révélé que dans les éons passés, Ksitigarbha (Jizô) était une jeune fille de la caste des Brahmanes nommée Fille-sacrée. Elle a été profondément troublée lorsque sa mère est morte car souvent calomnieuses envers les Trois Joyaux (en sanskrit : triratna), qui se réfère au Bouddha lui-même, le Dharma (enseignements bouddhistes ou lois), et le Sangha (la communauté des disciples bouddhistes). Pour la sauver des grandes tortures de l'enfer, la jeune fille a vendu tout ce qu'elle avait et a utilisé l'argent pour acheter des offrandes qu’elle a offert tous les jours au Bouddha de son époque, connu sous le nom de Bouddha de la méditation florissante et de l’éclaircissement. Elle fit de ferventes prières pour que sa mère soit épargnée des tourments de l'enfer et demanda de l'aide à Bouddha. Un jour, au temple, alors qu'elle demandait de l’aide, elle entendit la voix de Bouddha lui conseillant de rentrer à la maison immédiatement, de s'asseoir et de réciter son nom si elle voulait savoir où était sa mère. Elle s’exécuta et ce faisant, sa conscience fut transportée à l'un des royaumes de l'enfer où elle rencontra un gardien qui lui apprit que grâce à ses ferventes prières et à ses pieuses offrandes, sa mère avait accumulé beaucoup de mérite et a donc déjà été libéré de l'enfer et était montée au ciel. Fille-sacrée fut grandement soulagée et aurait dû être très heureuse mais à la vue des grandes souffrances infligés à ceux qui sont en enfer, son cœur fut touché et elle fit vœu de faire de son mieux pour soulager les êtres de toutes leurs souffrances dans toutes ses incarnations futures (en sanskrit = kalpas) ».


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article