Koyasu Jizō 子安地蔵

Publié le par Jizô-kun

 

Lit. = Jizô Accouchement Facile.
Cette forme de Jizô accorde un accouchement simple et sûr pour les femmes, aujourd'hui il est souvent représenté tenant un enfant, ou avec des enfants sur ses genoux ou à ses pieds. Koyasu Jizô est vénéré dans de nombreux temples à travers le Japon, y compris au temple Tatsueji  (立江寺) de Shikoku, qui a été construit en 747 par ordre de l'empereur Shomu (聖武 - qui régna de 724 à 749). L'empereur ordonna également la construction d'une statue de Jizô, qui fut appelée Koyasu-no-Jizô, et fut priée pour accorder un accouchement facile à la princesse enceinte. Le célèbre moine Kôbô Daishi (弘法大師 - 774-835) plus tard visita le temple et fit une statue plus grande qui devint l'idole centrale du temple.

Un autre exemple notable est Koyasuzan Obitoke Dera (子安山帯解寺 - "Temple Dénouer la Ceinture", à savoir pour octroyer une naissance facile) à Nara. Il abrite une statue de l'ère Kamakura de Koyasu Jizô. Ce temple a été construit en 851 par Fujiwara no Akiko (藤原彰子), l'épouse de l'empereur Montoku (文徳天皇), afin d'honorer Jizô pour l'aider à survivre dans sa grossesse longue et difficile. L'enfant est devenu plus tard le premier garçon empereur du Japon.
Il est tout à fait logique que Jizô ait été associé dès le début aux femmes, à la grossesse, à la fertilité et aux enfants - Jizô peut être traduit littéralement par "entrailles de la terre" ( JI 地= terre, Zô 蔵= utérus). Avec Kannon Bosatsu (Déesse de la Miséricorde), Jizô est considéré comme un sauveur par excellence pour les femmes et les enfants, et de nombreuses formes de Jizô sont donc vénérées par des femmes qui prient pour leurs enfants, pour une grossesse sans difficulté, pour aider à l'éducation des enfants, et d'autres préoccupations.

En outre, Jizô intègre de nombreuses fonctions de Koyasu-sama (alias Koyasu-gami ), la déesse shintô de la grossesse, de l'accouchement sans danger, de la croissance et du développement sains des enfants. Des temples dédiés à Koyasu-sama existent encore à notre époque. Ces sanctuaires sont appelés Sanctuaires Asama (浅間神社 également prononcé Sengen). Plus de 1.000 Asama (Sengen) sanctuaires existent à travers le Japon, avec le sanctuaire principal se tenant aux pieds et au sommet du mont Fuji lui-même. Ces sanctuaires sont dédiés à l'homonyme Koyasu, la mythique princesse Konohana Sakuya Hime (木花之佐久夜毘売, la divinité shinto du Mont Fuji, des cerisiers en fleur, et la protectrice des accouchements en toute sécurité. Dans la mythologie shintoïste, Konohana (litt: arbre en fleur) est la fille de Ōyamatsumi (kami terrestres des montagnes). Elle était mariée à Ninigi (邇邇芸尊 - céleste petit-fils de la déesse du soleil Amaterasu ), est devenue enceinte en une seule nuit, et a donné naissance à trois enfants tandis que sa maison était en feu - d'où son rôle de kami shintô qui assure un accouchement sans danger. Dans d'autres récits, elle meure dans l'incendie, et est donc elle est assimilée à la beauté éphémère de la fleur de cerisier .

Malgré la survie de la shintoïste Koyasu-sama dans les temps modernes, elle est largement supplanté par son équivalent bouddhiste, connu sous le nom Koyasu Jizô, Koyasu Kannon, et Koyasu Kishibojin.

 

koyasu-jizo.jpg

                                                                                                  Koyasu Jizô

 

-----------.jpg

                                                                   Koyasu Jizô  Temple Dénouer la Ceinture

 

----copie-2.jpg

                                                                                               Koyasu sama

 

--------.jpg

                                                                                                   Sakuya               

Commenter cet article