夏は来ぬ  L'été est arrivé

Publié le par Jizô-kun

 

夏は来ぬ

 

L'été est arrivé.

L'auteur Koyama Sakunosuke (1864 - 1927) était éducateur et compositeur.

 

夏は来たぬ

卯の花の 匂う垣根に
時鳥(ホトトギス) 早も来鳴きて
忍音(しのびね)もらす 夏は来ぬ

さみだれの そそぐ山田に
早乙女が 裳裾(もすそ)ぬらして
玉苗(たまなえ)植うる 夏は来ぬ

橘(タチバナ)の 薫る軒端(のきば)の
窓近く 蛍飛びかい
おこたり諌(いさ)むる 夏は来ぬ

楝(おうち)ちる 川べの宿の
門(かど)遠く 水鶏(クイナ)声して
夕月すずしき 夏は来ぬ

五月(さつき)やみ 蛍飛びかい
水鶏(クイナ)鳴き 卯の花咲きて
早苗(さなえ)植えわたす 夏は来ぬ

 

L'été est arrivé

Dans les haies odorantes de deutzia

Le coucou hâtif chantonne

Et échappe un cri incognito. L'été est arrivé.

Dans les rizières où sécoule l'eau de pluie de mai

Les jeunes filles trempent le bas de leur tenue

Et repiquent le riz. L'été est arrivé.

A la fenêtre au coin du auvent

Où les mandariniers exhument leur parfum

Virevoltent des lucioles et accusent les insouciants (1). L'été est arrivé.

Au loin dans la rivière où tombent les pétales du lilas de Perse

La marouette brune frappe à la porte d'une auberge

Lune de nuit claire. L'été est arrivé.

Nuit de mai, virevoltantes luicioles

Chant de marouette brune, éclosions de fleurs

Repicage du riz. Lété est arrivé.

 

(1) Expression tirée de l'ancien écrit chinois Keisetsu no kou (蛍雪の功). Les étudiants trop pauvres pour s'acheter de l'huile pour leur lampe capturaient des lucioles par dizaine et les enfermaient dans un sac. Ainsi ils pouvaient poursuivre leurs études.

 

 


 
 

Publié dans Traductions

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article