Togenuki Jizō 刺抜地蔵

Publié le par Jizô-kun

 

Extraction d'Epine Jizô.
Un Jizô vénéré pour ses guérisons miraculeuses. D'après l'érudit Duncan Ryuken Williams dans The Other Side of Zen : "Son nom est le dérivé d'une histoire trouvée en 1822 Enmei Jizō-son Inkou Riyaku (archive de Avantages de l'Impression de l'Image du Jizô Prolongeur de Vie).
Depuis quelque temps, le moine Zen Saijun visitait la maison de la famille Mori dans la ville d'Edo. En 1716, une servante employée par la famille tenait négligemment une aiguille brisée dans sa bouche alors qu'elle cousait puis d'un coup, elle l'avala accidentellement. L'aiguille resta coincée dans sa gorge, pour finalement atteindre l'estomac, ce qui lui causa une grande douleur. De nombreux médicaments et des talismans furent utilisés mais en vain. Le moine, Saijun, qui était de visite à ce moment-là, lui dit: "J'ai un talisman de Jizô qui a déjà réalisé un miracle auparavant, je vous le donne." Sur ce, la servante avala le talisman avec un peu d'eau. Après un court intervalle, elle vomit et le talisman ressortit. Lorsqu'il fut nettoyé, on découvrit l'aiguille brisée plantée dans le talisman. Tout le monde en fut étonné.
Depuis je n'ai plus entendu parler de cette histoire par qui que ce soit, mais seulement par le moine Saijun venu me raconter et témoigner cette histoire lui-même, je l'ai incluse dans cet enregistrement d'histoires miraculeuses."

Écrit de De Visser : "Compte rendu des endroits remarquables de la ville d'Edo, comme reporta le 1735 Edo Sunago Onko Meisekishi, un nouveau "Hayari Jizô" (litt. = Toute la rage de Jizô) au temple Zen Sôtô 曹洞 connu sous le nom Kōganji 高 岩寺 (dans l'actuelle Tokyo), qui revendiquent que ceux qui souffraient de graves maladies ou de maux difficiles à guérir, devaient posséder un talisman de cette statue Jizô, et pourraient en être définitivement soulager."

 

-----copie-9.jpg

                                                                        Togenuki Jizô du temple Kôganji

 

------copie-11.jpg

                                                                                Entrée du Temple Kôganji

Commenter cet article