Les origines des Mizuko Jizô (légende de Jizô au Japon)

Publié le par Jizô-kun

 

Le culte de Mizuko Jizô au Japon n'est apparu que récemment (1960), mais il ne fait aucun doute qu'il puise son inspiration dans les plus anciens contes de Jizô aux forces salvatrices. Basé sur des légendes attribuées à la secte Jodô (secte de la Terre Pure consacrée à Bouddha Amida) autour du 14ème ou 15ème siècle, les enfants qui meurent prématurément sont envoyés aux enfers pour y être jugé. Même s'ils sont morts avant d'avoir pu apprendre les enseignements de Bouddha, ou avant d'avoir pu accumuler un bon ou mauvais karma, ils doivent quand même subir un jugement comme tous les autres êtres humains. Même les âmes innocentes des fœtus à naître sont envoyés dans le monde souterrain, la sagesse populaire dit qu'ils se sont rendus coupables de causer une grande douleur à leurs parents. Ils sont envoyés à Sai no Kawara, la rivière des âmes du purgatoire, où ils prient pour la compassion de Bouddha en construisant des petites tours de pierres, les empilant les unes après les autres. Mais les démons des enfers, répondant à la demande de la vieille Shozuka no Baba, arrivent sur place et dispersent leurs pierres et battent les âmes des enfants avec des massues de fer. Mais, nul besoin de s'inquiéter, car Jizô vient à la rescousse. Dans une version de l'histoire, Jizô cache les enfants dans les manches de sa robe.

Ce conte traditionnel japonais a été adapté aux besoins modernes, et aujourd'hui, les enfants qui meurent prématurément au Japon sont appelés "mizuko", ou Enfants d'Eaux, et les parents attristés prient les Mizuko Jizô.
Cette forme de Jizô est unique au Japon, et n'apparait pas à la fin de la Seconde Guerre mondiale.

 

0d5b2ba6a766e072545666d63ce61016.jpg

 

899e19c7aa142b4fbea3d8e33053a5c9.jpg

 

img730bb3fazik3zj.jpeg

 

koutouku_enmado02.jpg

Commenter cet article